Top 5 des groupes autonomes de soudure

Sur un chantier, trouver un raccordement au réseau électrique pour réaliser des soudures à l’arc peut s’avérer compliqué. D’où l’intérêt d’investir dans un groupe autonome de soudage. Ce dispositif constitue une solution pratique pour assembler ou réparer des pièces en métal en tous lieux comme avec la soudure gaz. En effet, associé à une poste à souder, le groupe électrogène de soudage fournit l’intensité suffisante pour le soudage MIG-MAG ou TIG. Il permet de réaliser des opérations de soudure sans raccordement à une prise électrique. Du fait de l’importance de cet investissement, le choix de l’appareil ne se fait pas à la légère. Voici les 5 meilleurs modèles du marché et les critères à étudier avant l’achat pour vous éclairer.

Quels sont les meilleurs groupes de soudage autonomes ?

Indispensable pour réparer et assembler des éléments en métal sur les chantiers dépourvus d’électricité, le groupe autonome de soudure ou groupe de soudage autonome fournit un courant monophasé ou triphasé permettant de réaliser un soudage MIG ou TIG. À moteur essence ou diesel, vous trouverez l’appareil répondant à vos besoins grâce à ce guide et comparatif.

Groupe autonome de soudage essence 160A 4,8 kW

Ce groupe de soudage autonome arrive en tête de ce comparatif pour diverses raisons. Grâce à son moteur HONDA GX200 4 temps de 6,5 CV puissant qui réalise 3 200 tr/min avec une tension de sortie de 230 V. Il est compatible avec les électrodes MMA de 1,6 à 4 mm et le procédé TIG. Il peut servir ce groupe électrogène pour poster à souder, mais aussi pour d’alimenter d’autres outillages comme les perceuses et les ponceuses. Il séduit par son utilisation facile. Pour fonctionner, il faut remplir son réservoir de 3,6 l avec de l’essence SP 95 ou 98. Grâce à ses 40 kg, cet appareil se transporter sa difficulté, surtout avec son kit de chariot de transport inclus. En prime, des accessoires de soudage MMA sont aussi fournis. Son niveau sonore de 77 dB constitue aussi un atout pour ce groupe de soudage autonome SIDERIS.

Groupe de soudage essence monophasé 200A 4000 W SDMO

Très pratique sur un chantier, cet appareil SDMO 2 en 1 de la gamme WELDARC INTENS fait à la fois office de groupe électrogène et de groupe de soudage. Propulsé par un moteur Honda GX 390 de 389 cm3, il est doté d’une génératrice développant 4 000 W et fonctionne avec une tension nominale de 230 V. Avec ses 2 h et 40 mn d’autonomie, ce groupe de soudage permet de réaliser de petits travaux de réparation ou d’assemblage. Il consomme 2,5 l d’essence par h avec un régime de soudage de 170 A à 60 % (intensif) et 200 A à 35 % (normal). Du fait de son poids de 87 kg, ce groupe de soudage à essence est livré avec une brouette.

Groupe autonome de soudage essence monophasé 180 A 4,3 kW WORMS

Ce groupe de marque WORMS propose deux fonctions : groupe électrogène et groupe autonome de soudage. En position de soudage, il vous permet de réaliser des soudures avec du courant de soudage alternatif. Il est équipé d’un moteur WORMS EX 27 restituant une puissance maximum de 4,3 kW, suffisant pour un usage domestique. Pour l’alimenter, il faut remplir son réservoir de 6,1 l avec l’essence sans Plomb 95. Cela suffit pour travailler en toute autonomie pendant 3 h. Ce groupe de soudage autonome 180 A 4,3 kW WORMS affiche un faible niveau sonore (72 dB), ce qui ne risque pas de gêner le voisinage.

Groupe électrogène Portable Power DIESEL 6000 E XL C5 avec moteur KOHLER

Sur les chantiers ou pour une utilisation intensive, mieux vaut optez pour un groupe électrogène diesel comme ce groupe de soudage autonome Power 6000 E XL C5 SDMO. Il offre une puissance conséquente. Grâce à son démarreur électrique, il fournit une alimentation électrique monophasée. Le plus gros avantage de ce modèle étant son moteur professionnel KOHLER refroidi par air. Il affiche aussi une autonomie exceptionnelle (plus de 13 h) en raison de son grand réservoir de 6 l. Par ailleurs, ce groupe de soudage autonome Power Diesel 6000 E XL C5 garantit un bon confort de préhension grâce à ses poignées ergonomiques. Par ailleurs, il dispose de la technologie AVR (Automatic Voltage Regulator) assurant la régulation de la tension et la fréquence de sortie. Ainsi, le courant fourni sera stable malgré les pics de démarrage du poste à souder alimenté. Le petit bémol avec cet équipement étant son poids dépassant les 100 kg, ce qui le rend difficilement transportable.

Groupe électrogène SDMO DX 6000E

S’il vous faut une génératrice de courant à la fois robuste et compact pour vos chantiers ? Ce groupe électrogène portable SDMO DX 6000E fera parfaitement l’affaire. Il présente aussi d’autres atouts non négligeables dont son moteur Yanmar restituant une puissance de 6,5 KVA, mais qui consomme peu de carburant. De plus, ce groupe de soudage DX 6000E dispose d’une sécurité huile permettant de démarrer et de stopper le moteur par un simple tour de clé. Cette fonctionnalité empêche aussi le moteur de se mettre à l’arrêt si le niveau d’huile est trop faible protégeant ainsi votre installation. Son poids de 105 kg peut s’avérer problématique si vous devez le déplacer souvent.

L’essentiel à savoir pour choisir un groupe de soudage

Le groupe autonome de soudure se compose d’un groupe électrogène pour servir d’alimentation électrique au poste de soudure à l’arc. Celui-ci est directement monté sur la sortie de la génératrice du groupe électrogène. Cet appareil fonctionne grâce à l’essence ou au diesel. L’un comme l’autre affiche une autonomie variant entre 2 et 10 h, mais les groupes de soudage au diesel affiche une autonomie et une puissance de soudage plus importante (de 100 à 200 A). Certains peuvent monter jusqu’à 500 A. Par contre, le groupe de soudage à l’essence est plus autonome et facile à transporter.

Afin de trouver le groupe de soudage  capable de remplir ses tâches, il importe de se pencher sur divers critères.

  • La fréquence d’utilisation. D’elle dépend le choix de l’ampérage qui est souvent donné en pourcentage (35 % pour une utilisation normale et 60 % pour une utilisation intensive). Le groupe autonome de soudure diesel est particulièrement recommandé pour un usage intensif du fait de leur autonomie. De plus, un modèle à tension continue offre la possibilité de travailler tous les électrodes et les matériaux techniques ;
  • Le type d’électrodes. Il faut les choisir selon les usages prévus. Le rutile est le plus plébiscité du fait de sa grande souplesse d’utilisation tandis que le cellulosique convient mieux pour le soudage descendant. Les électrodes basiques, quant à elles, sont préconisées pour l’assemblage de pièces soumises à des contraintes mécaniques importantes. Elles ont besoin d’un courant de soudage continu ;
  • Le diamètre de la baguette. Il dépend de l’intensité du régime de soudage, soit jusqu’à 4 mm pour un régime de soudage de 180 A minimum et jusqu’à 5 mm pour 300 A minimum ;
  • Le niveau sonore. Il constitue aussi un élément important pour travailler confortablement (de 70 à 100 dB). Les groupes de soudage diesel sont plus bruyants voilà pourquoi ils sont réservés pour les chantiers en agglomération et les entrepôts.

Il est important de l’installer à l’extérieur ou sur un chantier ouvert si vous optez pour un groupe électrogène doté d’un moteur thermique, car il émet du gaz potentiellement toxique. Par ailleurs, il doit relier à une prise terre via un piquet de masse planté dans le sol.

Il faut noter que le groupe autonome de soudure peut servir de groupe électrogène traditionnel. Afin de déterminer quel appareil saura répondre au mieux à vos exigences, il est essentiel de considérer l’ampérage ou intensité nécessaire à la soudure, soit de 140 à 400 A en utilisation courante.

Les modèles de postes à souder

Sur le marché, vous avez le choix entre de nombreux modèles de postes à souder pouvant être différenciés selon le type d’énergie qu’ils utilisent pour fonctionner.  

  • Le poste à souder à l’arc : ce modèle le plus répandu est compatible avec différents procédés (MIG-MAG, TIG, Inverter…). Cette unité fonctionne grâce à l’électricité ou au groupe électrogène diesel. Sa température de soudage peut dépasser les 4 500 °C.
  • Le poste à souder au fer : il fonctionne grâce à une prise électrique et atteint une température maximale de 500 °C. Il s’agit principalement de fer à souder.
  • Le poste à souder à la flamme : également appelé poste à souder gaz, ce modèle doit être relié une bouteille de butane ou de propane. Une fois que ce gaz se mélange avec l’air ambiant, la baguette de soudage peut atteindre une température de 3 000 °C.

Afin de déterminer laquelle de ces technologies peut répondre à vos besoins, il faut considérer avant tout le type de travaux que vous réaliserez avec. Cela se réfère en premier lieu aux métaux à assembler ou réparer (fonte, inox, acier, cuivre…). Le courant de sortie est aussi capital dans le choix d’un poste à souder.

A lire également