Quel poste à souder pour la tôle fine ?

Un poste à souder s’avère indispensable pour réaliser les travaux relatifs au soudage, que ce soit à la maison, sur les chantiers de construction ou dans les industries. Il existe d’ailleurs des appareils adaptés à tous les niveaux, amateurs ou professionnels. Afin de trouver la soudeuse qui saura répondre à vos exigences, il faut considérer avant tout l’usage que vous souhaitez en faire. La question étant quel poste à souder est destiné pour assembler et travailler la tôle fine ? Vous avez le choix entre deux procédés : le TIG et le MIG-MAG. Il importe néanmoins de prendre en considération la puissance pour avoir un résultat parfait.

Particularité de la tôlerie fine

Le métal laminé en feuilles fines de moins de 1 mm permet de fabriquer des pièces spécifiques pour l’aéronautique, l’automobile, l’agroalimentaire ou l’électroménager. Ce type de métal est utilisé pour la réalisation de structures réduites, en tube ou en profil, en aluminium, en acier, en inox ou dans d’autres alliages. Il s’agit de ce fait d’une tôlerie de grande précision que vous pourrez retrouver dans la charpente métallique. La technique de soudure que vous adopterez doit assurer le soudage des éléments de manière permanente tout en limitant les risques de perçage ou de déformation au cours de l’opération. De toute évidence, l’assemblage de tôle fine requiert un équipement adéquat et une technicité. De même, la réalisation de soudures sur tôle fine exige une maîtrise des propriétés thermophysiques et la conductivité électrique de ce matériau. Parmi les diverses méthodes de soudage, la soudure TIG et la soudure MIG-MAG offrent les meilleures performances.

Quel poste à souder pour de la tôlerie fine ?

Il faut savoir que l’épaisseur de la tôle est déterminante dans le choix du diamètre de l’électrode du poste à souder. Il en va de même pour l’intensité du courant de sortie. Si vous utilisez un poste à souder trop puissant, la tôle se déformera. Le poste à souder TIG (Tungsten Inert Gas) est recommandé pour réaliser des travaux de soudure avec une tôle fine jusqu’à 3 mm d’épaisseur. En effet, ce type de métal est sans nul doute le plus difficile à souder du fait de sa finesse. Pour mener à bien cette tâche complexe, il importe d’utiliser la bonne machine au risque que la tôle se déforme. Avec un poste à souder TIG, il est possible de réaliser les ajustements nécessaires pour éviter ce désagrément. Par ailleurs, cette unité de soudage génère peu de chaleur et avec une grande précision dans toutes les situations. Dans tous les cas, il importe d’avoir de l’expérience et de la dextérité pour souder des supports métalliques aussi fins.

Les caractéristiques de la soudure TIG

Parmi les différents procédés de soudage, la soudure TIG est l’une des plus répandues. Ce processus de soudage à l’arc avec du tungstène ou électrode non fusible, sous protection de gaz inerte comme l’argon et l’hélium, peut être réalisé avec ou sans métal apport. Le soudage TIG se fait en continu ou par point. Cette technologie de soudure apparue lors de la Seconde Guerre Mondiale a été développée au départ pour l’industrie aéronautique. Elle permettait de remplacer les rivets des avions par les soudures afin de réduire leur poids. Depuis, ses utilisations se sont étendues à d’autres secteurs. Voilà pourquoi le poste à souder TIG est conseillé pour réaliser des joints de qualité comme les plaques fines. Avec ce procédé, le risque de perçage est réduit comparé à une soudure traditionnelle.

Comment fonctionne la soudure tôle fine TIG ?

Dans la soudure TIG, vous devez ajouter le matériau à la main à l’aide d’une barrette ou automatiquement via le fin bobiné. Ce procédé est idéal pour l’assemblage des pièces en métal très fines tel que la tôle, mais également l’acier inox. Cela se faut par fusion des bords, en rajoutant de petits matériaux ou sans selon le cas. Afin de réaliser des soudages fins sur une tôlerie de faible épaisseur, il vous faut une torche à insérer dans l’électrode en tungstène. Le gaz inerte de production s’enroulera autour de cette dernière. En bougeant la torche le long du joint, vous déplacez le bain de fusion, mais en gardant bien l’électrode non fusible de tungstène à une distance maximale de quelques millimètres tout en le maintenant stable. Il est impératif que l’électrode ne touche pas la tôle à souder, car la baguette de tungstène risquerait de se coller au joint. La soudure sera alors interrompue.

Que vaut la soudure MAG ?

Pour une soudure sur de la tôle fine sans déformation et sans abîmer le métal, il existe une autre solution prisée par les ferrailleurs : la soudure MIG-MAG. Cette technique proche de la soudure TIG utilise à la place de l’électrode du tungstène. Il s’agit d’une bobine de fil qui se dévide progressivement. Ces deux méthodes de soudage diffèrent du gaz protégeant le bain de fusion et la nature du métal travaillé. Dans un cas comme dans l’autre, elles permettent toutes les deux d’atteindre un fort rendement et une soudure de qualité sur des tôles fines.

Cette procédure offre une vitesse d’exécution plus élevée tout en garantissant une soudure résistante avec un minimum de risque de formations, donc de réajustements. À l’instar de la soudure TIG, il faut choisir avec attention la torche de soudure. Cela impacte en effet sur la qualité des résultats obtenus et la vitesse de travail. Par ailleurs, il est judicieux de choisir un appareil de soudage léger et ergonomique, donc facile à manier tout en fonctionnant avec une grande précision. Le poste à souder MAG doit également garantir une avancée de fil homogène, sans maintenance.

À préciser qu’il existe aussi d’autres techniques permettant de souder des tôles fines (jusqu’à 50 microns), dont la soudure plasma. Cette version améliorer du TIG offre une grande quantité d’énergie sur une surface limitée et permet de réaliser un soudage rapide. Le soudage au plasma est compatible avec divers matériaux tels que l’acier, l’aluminium, le cuivre et les autres métaux conducteurs. Concernant la soudure de tôlerie fine par rayon laser, elle concentre la totalité de l’énergie sur le point d’assemblage pour une exécution rapide et un refroidissement tout aussi rapide. Avec la soudure par rayon laser, les risques de déformation sont quasi nuls, car cette technique est parfaitement maîtrisée. De plus, le résultat est propre. Du fait qu’il est pilotable à distance, cet appareil de soudage est capable les endroits difficiles d’accès.

A lire également